Les médias en parlent

Chronique C'est mon boulot sur FRANCE INFO

Interview du 26 juillet 2019 sur ma reconversion professionnelle

Dans la chronique "C'est mon boulot", le journaliste Philippe Duport s'intéresse à ceux qui ont changé de métier. Il m'a interviewée en 2019.

Est-ce qu'on est sur la Terre pour vendre le plus possible de produits industriels ?
C'est l'une des questions que s'est posée Annelise, à la quarantaine, bien sûr.
Elle travaillait dans les jouets électroniques. Elle gérait trois usines en Chine.
Mais elle perd son boulot du jour au lendemain. Parce qu'elle dénonçait un environnement de travail devenu malsain. Que faire ? Elle aime lire, écrire, aider les autres. Elle va en faire son nouveau métier : "Mon nouveau métier que j'intitule 'biographe pour autrui', c'est tout simplement accompagner des personnes qui ont envie de laisser une trace écrite d'un événement de leur vie ou de leur parcours de vie pour transmettre à leur entourage, leur famille, leurs amis." 

Annelise est une femme de lettres, mais aussi une femme de chiffres. Toute sa carrière l'a prouvé. Elle est persuadé que le modèle économique est là pour faire réussir son activité. Plus que jamais : "D'une part les familles sont éloignées géographiquement et n'ont qu'assez peu de temps disponible pour raconter tout simplement les conditions de vie d'il y a 20 ans ou plus. On communique beaucoup par réseaux sociaux grace à nos portables mais il n'y a rien de vraiment pérenne qui reste."  Annelise s'occupe des interviews, de l'écriture, de la mise en page et de l'impression. Ces livres qui restent donnent un nouveau sens à sa vie.

 

Un article dans le Dauphiné Libéré

Paru le 6 avril 2019

Dauphin%C3%A9%20Lib%C3%A9r%C3%A9%206%206

Racontez votre histoire, Annelise l'écrit pour vous

« Mettre des mots sur des souvenirs. » Annelise Guérend Levin a fait de ce credo son métier : biographe. Longtemps, elle a adoré lire et écrire pour son plaisir personnel. À l’approche de ses quarante ans, elle a souhaité se reconvertir pour trouver un métier plus en phase avec ses aspirations.

Après avoir fait une école de commerce, Annelise travaille pendant des années en entreprise.Ce qu’elle préfère, ce n’est pas diriger une équipe, mais bien la relation humaine avec ses clients.En juin 2018, elle décide de changer de vie et s’inscrit à une formation de biographe en octobre à Lyon. Son déclic est simple : « l’écriture », mais pas n’importe quelle façon d’écrire. « J’aime écrire des histoires, celles de gens, pas des inventions de ma part. Avec ce métier de biographe je suis là pour écouter les personnes et transcrire le plus fidèlement possible leurs récits. Je les accompagne et j’effectue un passage de témoin entre ce qu’ils veulent raconter et à qui ils adressent ce moment de leur vie », résume Annelise.

Des ouvrages allant de 40 à plus de 150 pages

La biographe, habitante de Bourgoin-Jallieu depuis 1996, écrit de chez elle et fait toute la mise en page. Elle s’est lancée dans sa nouvelle profession au mois de février, en créant sa micro-entreprise : Au fil des lignes. Et la biographie s’adresse à tout le monde. « Une personne me présente son projet et ensuite en fonction de la longueur, on se voit plusieurs heures pour qu’elle me parle de son récit. Cela peut être un petit ou grand événement. Le but est de transmettre à sa famille ou à ses amis, quelque chose que l’on n’a pas pris le temps de raconter. Une maman m’a raconté sa grossesse et son accouchement en une heure. J’ai pu en faire un joli livre d’une quarantaine de pages avec des photos », détaille Annelise. Elle a déjà écrit trois ouvrages, dont le plus long fait 152 pages de texte. « Un ancien résistant a voulu témoigner et transmettre à sa famille ce qu’il a vécu lors de la guerre. Une histoire longue et parfois difficile, tant à raconter pour lui qu’à retranscrire, mais cela correspond parfaitement à l’idée que je me fais de ce métier. Il a pu se libérer d’un poids. Il m’a fallu ensuite plusieurs mois pour mettre des mots sur ses souvenirs. »

Quentin Villain